Test | Breath of the Wild – Univers Natendo

The Legend of Zelda : Breath of the Wild

The Legend of Zelda : Breath of the wild est la dernière sortie d’une des séries les plus iconiques du jeu vidéo. Brisant absolument tous les codes des opus précédents, cette dernière parution relève le défi de réécrire une saga de légende…

Test réalisé en 2021

Quelle est cette voix qui me tire de mon sommeil ? Cette eau qui s’évade peu à peu. J’ouvre difficilement les yeux. Je ne sais plus qui je suis, mais j’en déduis à la voix mystérieuse que je me nomme Link. Je ne reconnais rien autour de moi. L’ambiance sombre, à l’allure bleutée, me fait froid dans le dos. Il faut dire que je suis presque nu. En dehors de l’étrange édifice duquel j’émerge, la pièce est vide. A côté d’un semblant d’ouverture, se trouve un objet lumineux, à l’air familier, posé sur son réceptacle. La porte s’ouvre. Je récupère les vieux habits déchirés, enfermés dans un ancien coffre. Quelques mètres plus loin, une ouverture bien plus grande révèle la lumière du jour et l’immensité du monde qui s’ouvre à moi.

C’est ainsi que, pour nous tous, notre aventure commence. Sur ce Plateau du Prélude, guidés par un vieil homme, nous trouvons notre mission. Éliminer la plus grande menace d’Hyrule : Ganon, le Fléau. Rien que ça. Mais avant, à la vue de notre état et de la situation géographique, nous devons renforcer notre force en visitant quatre sanctuaires, dispersés sur le plateau. Une tâche qui peut être accomplie de mille et une façons. Ce long tutoriel nous explique les rudiments du gameplay. On peut sauter, courir, combattre et surtout escalader. N’importe quoi, n’importe où. Il n’y a pas une seule zone visible dans le jeu qui ne peut être atteinte. Ces actions de base vont nous permettre d’explorer ce monde ultra vaste d’Hyrule. Y viennent s’ajouter les actions rendues possibles grâce à la tablette Sheikah, ce mystérieux objet que nous avons récupéré à notre éveil. Grâce à elle, nous pouvons créer des blocs de glace sur l’eau, contrôlez des objets métalliques à distance, faire apparaître des bombes ou encore figer objets et monstres dans le temps !

Des éléments de jeu qui sont exploitables à la perfection dans tous les pans du jeu. Que ce soit pour atteindre une épée au fond de l’eau, figer un rocher pour l’envoyer valser sur des monstres ou simplement faire exploser des pierres sur notre chemin, cette tablette sera notre meilleur alliée. Cette zone de tutoriel, avec très peu de texte, vous apprend tout cet aspect du jeu, par une topologie de la zone très bien étudiée. Vous ferez vos premier pas en chassant dans la petite forêt du plateau, apprendrez à pêcher en réalisant votre toute première quête, cuisinerez votre premier repas pour résister au froid des montagnes enneigées et explorerez vos premiers sanctuaires, des petites épreuves vous donnant accès à des réceptacles très précieux dans votre progression. Si le jeu donne l’indication d’une destination, afin de faire progresser la quête principale, il est tout à fait possible de faire complètement autre chose et ne pas se retrouver bloquer pour autant. C’est l’une des plus grande force de Breath of The Wild. Quoique vous fassiez, c’est nécessairement la bonne façon de le faire. Non pas parce qu’il n’y a qu’une seule façon de le faire, mais plutôt parce qu’il y en a une infinité. Chaque petite décision aura un impact sur le reste de votre partie. L’exploration est partie intégrante du jeu. Il n’y a pas de mauvais chemin. Juste des plus ou moins longs, mais dont tous, auront de quoi ajouter une pierre à l’édifice.

Par exemple, sur le plateau du prélude, rien ne vous oblige à chasser dans la forêt. Alors, vous aurez une opportunité, plus tard dans votre aventure, de découvrir cette facette du jeu. Tout cela, c’est grâce à son moteur physique. Surement l’un des plus abouti à ce jour. Tout fonctionne comme prévu. Une fois les règles du monde comprises, elles s’appliquent toujours, et vous pouvez vous en servir comme outil. Vous jetez votre torche encore enflammée sur les herbes d’une forêt, elle prendra feu. Vous souhaitez vous servir d’un tronc d’arbre pour faire un pont de fortune, c’est faisable. Cette sensation de ne pas être limité par le jeu, c’est ce qui rend cette aventure vraiment immersive.

Breath of the Wild, c’est le genre de jeu qui te donne envie de continuer à y jouer, tout le temps. Et grâce à la Switch c’est faisable. Si le gameplay de ce chef d’œuvre est partie prenante de sa perfection, l’univers dans lequel il s’installe le rend d’autant plus excellent.

Dès le début du jeu, le décor et planté. On peut apercevoir au loin un immense volcan, de magnifiques montagnes enneigées, une forêt aux couleurs vermeilles ou encore un lac gigantesque. Des lieux qui cachent des mystères à révéler, des épreuves à surmonter, des personnes à rencontrer ou simplement des vues splendides à observer. Car Breath of the Wild c’est aussi ça. Contempler. Prendre son temps, se reposer. Cette aventure embrasse l’évasion. Marcher dans une forêt tropicale, escalader des falaises arpentes, manger sur le sable fin de la mer ou simplement observer les pleines verdoyantes… Tant de paysages, de cartes postales, de lieux et villes atypiques qui s’offrent à nous à chaque instant. Panorama idyllique qui peut s’effacer de temps en temps, lorsqu’un monstre vient s’embêter à nous rappeler que le monde est en ruines et qu’il est envahi par le Fléau. Mais cela aussi, fait parti du paysage. Paysages qui peuvent être visités sous plusieurs angles. Qu’ils soient découverts à dos de cheval ou d’ours ; traversés à pieds, sous la pluie – la neige -le soleil, ou révélés à nos pieds lors de nos dérives dans les cieux, ils sont toujours époustouflants. L’exploration est grandement renforcée et bien plus plaisante, grâce à la paravoile. Sorte de deltaplane, qui permet à Link de se laisser porter au gré du vent, et prendre de la hauteur sur le monde.

Un monde riche. Riche en quêtes et choses à faire. Les quêtes principales sont nombreuses et passionnantes. Redécouvrir, en même temps que notre personnage, ses souvenirs dispersés par-ci par-là en Hyrule. Rencontrer les protagonistes et différentes espèces qui peuplent le territoire : Zoras, Piafs, Gerudo, Gorons, Korogus , Fées, etc. pour les alliés et Bokoblis, Moblins, Lezalfos, Lynels,  Gardiens et autres  pour les ennemis ; il y a de quoi faire. Chaque personnage à son histoire, sa routine, ses relations. Certains sont plus importants que d’autres, mais tous on leur petit rôle. Qu’ils soient marchands sur les routes ou alcooliques soûls d’une terrasse, chacun peut vous apporter quelque chose à un moment de votre aventure. Ces quêtes principales, qui vous demandent d’explorer le territoire et de libérer les quatre créatures divines, immenses machines de combats corrompues par Ganon. Mais aussi de découvrir les 120 sanctuaires, dispersés un peu partout. Des épreuves de combat, d’habilité, de précision, de réflexion ou d’exploration ; chacune forçant le joueur à faire appel aux compétences de Link. Quêtes principales, encore nombreuses que je garderai sous silence pour ne rien révéler de plus.

Accompagnées de quêtes secondaires tout autant plaisante à réaliser. Certaines nous demandent de récolter des matériaux, d’autres de trouver des personnages correspondants à certains critères, ou de préparer le bon plat, de rapporter la bonne arme. Des quêtes plus simples, récompensant le joueur qui explore ou qui conserve ses trouvailles. L’occasion de découvrir de nouvelles recettes culinaires aux propriétés particulières, d’affronter un monstre esquivé jusqu’alors… En clair, un complément bien ficelé aux quêtes principales, avec un réel intérêt. Certaines renforcent même les relations entre personnages « d’arrière plan », auxquels on s’attache au fil de l’aventure.

Une histoire nimbée de secret d’un monde immense et rempli de mystères à découvrir lors d’une balade idyllique au soleil chaud et à dos de cheval… mais aussi une histoire triste et touchante d’un monde en ruine dévasté par le Fléau à explorer lors d’un parcours infesté de monstres et créatures corrompues sur un chemin nocturne et boueux, souillé par une pluie torrentielle.

Il n’y a jamais assez de Breath of the Wild !

Les deux packs de DLC vendus en lot apportent réellement quelque chose. Le mode Hardcore renforce drastiquement certains aspect du jeu et notamment les défis de l’épée que le DLC ajoute également. Déjà pas simple en difficulté classique, le niveau augmente sévèrement en Hardcore. Une succession d’une quarantaine de combats, qu’il faut enchainer sans mourir, et dont l’équipement se résume à notre ingéniosité au premier palier. En plus de costumes aux propriétés presque uniques, le second DLC ajoute tout une série de quêtes, de nouvelles cinématiques touchantes et un nouveau donjon. De quoi découvrir encore plus le passé des Prodiges, de nouvelles épreuves uniques, d’améliorer nos capacités et d’obtenir le destrier de légende, une moto dernier cri, nous permettant de rouler à toute vitesse en Hyrule et d’explorer le monde sous un nouveau jour !

Breath of the Wild réussit l’impensable en mélangeant intelligemment l’exploration, l’action et la contemplation avec son scénario, qui se déroule à la fois dans le présent, avec ce que le joueur vit, mais aussi dans le passé, avec les souvenirs de Link qu’il retrouve peu à peu. Un tremplin plus qu’efficace pour un Volume 2 prévu en 2022. Que j’ai hâte !

20/20

0 0 votes
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
0
Partager votre (vos) avis !x